vendredi 31 juillet 2015

Droit aux vacances aux frais de la Sécu

Une octogénaire: 
"Docteur, il me faudrait une maison de repos, une cure, je suis fatiguée.
- Mais une cure de quoi madame? Vous avez une maladie grave stabilisé mais cela n'entre pas dans les indications de cure!
- Tout le monde part en vacances, j'y ai droit aussi!"

jeudi 30 juillet 2015

Une expertise arbitrale

Hier, une expertise judiciaire, du genre arbitrage. Et j'ai vu de quelle façon je pouvais être utile: la victime était handicapée de l'épaule suite à un choc, et les assurances lui avaient décrété  3 % d'incapacité permanente. Evidemment c'était un tout petit peu sous-estimé, étant donné que la victime  ne pouvait plus exercer sa profession. Et elle avait demandé un arbitrage. 
Et durant la consultation l'expert se tourne vers moi en me demandant: "votre avis docteur? ... 20%" Tout simplement,  selon le barème communément admis. 
L'avocate a sauté de son siège: "on avait dit 3%!"
L'expert l'a fusillée du regard, genre, vous n'êtes pas médecin, allez donc refermer votre décolleté et jouer ailleurs! 

La décision ne sera rendue que dans quelques jours et je croise les doigts. Et je me promets la prochaine fois d'avoir un argumentaire un peu moins succinct. Mais tout avait été dit durant l'expertise. 


mercredi 29 juillet 2015

Un autre certifalacon

un certifalacon: "Je soussignée dr Vincent, certifie que monsieur Zanzip est intolérant aux moustiques".
Car le camping où il devait se rendre était infesté de moustiques, une de ses amies ayant eu 50 piqûres en une nuit! Et il ne voulait plus y aller, en conséquence voulait se faire rembourser. 
Il est vrai que les moustiques résistent à de plus en plus de produits, y compris les boules  et il n'y a que la clim pour les assommer un peu. 

mercredi 22 juillet 2015

Le centre de toutes les attentions

Je connais un patient depuis quelques années. Il ne me consulte qu'en pointillés car il s'était pris d'affection pour mon associée.

Mais chaque fois que je vois son nom sur le planning, je suis sure d'une chose, que je vais contempler l'objet de toutes ses attentions, son mmm.
Pourtant c'est un quadragénaire pas laid du tout.
A chaque fois il me trouve un motif:
" il me gratte", " il me semble sentir un écoulement parfois", "durant l'amour il me gène" "il est un peu rugueux" etc.
Tous les examens ont été pratiqués, y compris une consultation chez l'urologue. Et rien de rien, on ne trouve rien, il est d'une longueur standart et à priori d'une turgescence tout aussi standard selon ses dires.

Entre temps il a été mis sous antidépresseurs, ce qui n'a pas détourné son attention de ces quelques centimètres cubes qu'il trouve inconfortables.

Connaitrais-je un jour son histoire? Sa mère lui a-t-elle tripoté son zizi quotidiennement pour le décalotter? l'a-t-elle castré psychologiquement? Je suis généraliste, alors il ne se confiera surement pas. Mais c'est dommage, et je souhaite ne plus jamais voir son nom sur mon agenda. 23 euros pour la meme vision, consultation après consultation, ça manque d'originalité

samedi 18 juillet 2015

Cretes de coq

Cette anecdote, j'ai hésité avant de la transcrire, je peux tout entendre, y  compris sur des moeurs libérées, les libertins, les innovateurs, toutes les techniques pour MMM sans risque de tomber enceintes, mais...
Je suis un jeune homme depuis quelques temps, de moeurs un peu légères. Pourquoi pas, il est beau, jeune, autonome et il n'a jamais ruiné un mariage. Mais il y a deux mois il m'a montré ce qui fait sa fierté, si l'on peut dire: elle était remplie de cretes de coq, autrement dit des condylomes provoqués par un papilloma virus qui peuvent se transmettre au ou à la partenaire et qui peuvent provoquer le cancer du col à moyen terme.
A ce moment là je donne plusieurs conseils:
- sortir couvert, mais  ce n'est pas suffisant, la diversité des activités sexuelles n'évite pas toutes les  contaminations;
- se traiter efficacement chez un dermatologue qui brulera toutes les cretes;
- prévenir toutes les partenaires, et fi des susceptibilités, c'est de santé qu'il s'agit.

je l'ai revu avant les vacances: "sortez-vous couvert? Non docteur. avez-vous prévenu les   copines? C'est que.... Vous etes-vous soigné? pas eu le temps".

Alors les jeunes lectrices, après avoir lu ça, je parie que vous serez tentées de scruter l'anatomie de votre partenaire. il n'y a malheureusement pas que le SIDA et l'hépatite C.  Et pensez quand meme au romantisme et à l'amour!

mercredi 15 juillet 2015

La Grèce c'est beau, c'est tranquille, tout le monde paie en espèce, bien obligé, et tout va bien. Pourquoi n'y investirions-nous pas?

jeudi 9 juillet 2015

Médecin d'assurance

Une malheureuse victime s'est cassé le genou il y a quelques années au travail. Intervention quelques mois après ,   Deux mois passent, elle se remet lentement de son opération et n'a pas débuté la  kinésitérapie; elle est convoquée par le médecin des assurances pour clore le dossier. Elle porte encore une belle attelle et s'aide  d'une canne.
L'expert lui retire la béquille, lui tord la jambe en tous sens, mesure les mollets en serrant plus fort le centimètre au niveau du mollet touché afin qu'il ne soit pas plus gros que le gauche... et lui met 3% de préjudice, alors qu'elle était loin d'être consolidé!!!

Ma victime fait une deuxième expertise, cette fois devant deux médecins des assurances. En me racontant cela elle me fait la réflexion "j'avais l'impression d'être un crocodile dans une maroquinerie". Et on a confirmé son pourcentage de  3%, "prenez cette aumône,  madame et ne nous cassez pas les pieds". 
Elle n'était toujours pas consolidée, ayant été opérée une deuxième fois. 

Heureusement tous les médecins des assurances ne sont pas comme ça.  Mais ils ont intérêt à être vigilants pour rester indépendants. Certains rares ne résistent pas, et quand les dossiers que les assurances leur envoient se font plus rares, ils s'autocensurent afin de plaire et ainsi retrouver une certaine activité d'expertise. Là intervient le médecin de recours dont le but est de préserver les intérêts de la victime qu'il accompagne. 

C'est un plus pour la victime et ça peut lui décupler dans certains cas sa réparation. 

mercredi 8 juillet 2015

Manipulation des notes?

Une de mes amies profs a été conviée dans le cadre de son travail à "une réunion de remontage de notes" afin que le quota soit respecté pour le brevet des collèges. Cela s'appelle le nivellement par le bas, on ne vise plus l'excellence mais l'uniformité  par la démagogie.

Pas beau du tout, elle a honte de ce qu'elle a fait, mais ce sont les ordres

dimanche 5 juillet 2015

Moi j'aime bien les grecs, d'ailleurs je vais aller voir dans six jours ce qui se passe dans ce beau pays qui a inventé la démocratie.

Tuer sans états d'âme grâce aux amphéts

Selon le Daily Mail, les survivants ont rapporté que Seifeddine Rezgui, l'homme qui a ouvert le feu sur une plage de Sousse en Tunisie, le 28 juillet 2015, souriait et riait alors qu’il venait de commettre son massacre. L’autopsie du tueur aurait prouvé qu’il était sous l’emprise d’une drogue afin qu’il ne comprenne pas ce qu’il était en train de faire, selon une source citée par le journal britannique.
Cette drogue est le captagon, aussi appelé fénétylline (ou fénéthylline). Il s’agit d’un stimulant de la famille des amphétamines qui comprend aussi la métamphétamine, l'ecstasy (MDMA), et la methcathinone. Elle a été classée à laliste des substances stupéfiantes placées sous contrôle international de l'OMS en 1986.

Une substance désinhibante

"Comme tous les neuroexcitants, cette molécule entraîne une résistance à la fatigue et donne l'impression à celui qui la prend qu'il n'a plus de limites. Il est deshinibé et devient capable de passer à l'acte sans crainte de la réaction des autres qui n'existent même plus pour lui", explique William Lowenstein, médecin spécialite des addictions et président de SOS addictions. "Mais il ne suffit pas de prendre du captagon pour fusiller 38 personnes ! Dans ce cas, la drogue a agi sur un cerveau "préformaté". Généralement, cette substance est utilisée pour ses propriétés dopantes. Dans les années 1960 à 1970 c'était d'ailleurs la molécule la plus utilisée dans le cyclisme."
Le captagon était auparavant commercialisé en France comme coupe-faim. Mais il a été retiré du marché en 1993 en raison des graves lésions cardiaques qu'il provoquait. "Des jeunes femmes ont subi des transplantations coeur-poumons parce qu'elles avaient voulu perdre 4 kilos !", rappelle William Lowenstein. 
Au Moyen-Orient, le captagon fait l’objet d’un vaste commerce illicite, en raison de la facilité de sa production et la disponibilité des matières premières. La Syrie serait devenu le principal pays producteur. Selon Reuters, le gouvernement syrien et les rebelles affirmeraient chacun de leur côté que l’autre groupe utilise cette drogue pour supporter les longues heures de combat sans sommeil.
http://www.francetvinfo.fr/sante/drogue-addictions/captagon-la-drogue-des-combattants-de-daesh_981815.html

Médecin traitant: coupable!

J'ai aussi arrêté des CRS excédés et épuisés. Faire le mariole devant une mosquée durant des heures, ne pas bouger, même avec des vêtements chauds, se sentir la cible éventuelle d'un extrémiste, ce n'est pas réjouissant.
Les seuls  heureux étaient ceux qui gardaient les écoles juives: café chaud, viennoiserie, le tout avec le sourire des mamas juives.

Mais on va taper sur les médecins, c'est plus simple, et puis il faut bien un coupable, abattons-le donc ce citoyen dispendieux, qui dilapide à plaisir l'argent de l'état, donc des contribuables. La preuve qu'il est un peu siphonné dans sa tête c'est que cela ne lui rapporte personnellement rien du tout!!! Haro sur les médecins, ces parias, ces misérables, ces scélérats!

Qui veut encore faire de la médecine générale? C'est plus simple  d'être embauché à l'hôpital, quand un patient veut un arrêt: " nous ne les faisons pas, demandez à votre médecin traitant". 

samedi 4 juillet 2015

Je suis coupable

Eh oui, j'ai fait un arrêt de travail abusif: dans une famille de 5, le père  âgé vient de décéder, la mère est Alzheimer, la sœur est autiste. Comme le père s'occupait de son épouse souffrante, il a fallu trouver une solution d'urgence grâce aux services d'aide à domicile. Evidemment la maison de retraite est trop chère.
Alors j'ai arrêté la fille deux  mois pour qu'elle assure le quotidien, qu'elle remplace le service d'aide à domicile qui a mis un temps fou à se mettre en place!

Oui c'est abusif mais ce n'est pas un arrêt de complaisance. Et avec la déliquescence de la société, ce genre de situation sera de plus en plus courante. Mon compagnon me reproche parfois de jouer les assistantes sociales, où sont-elles d'ailleurs?

vendredi 3 juillet 2015

autres tracasseries

Un patient, insuffisant cardiaque au dernier stade me dit: " l'assistante sociale de la Sécu m'a conseillé de faire tirer mon arrêt durant trois ans, le maximum".

C'est gentil de me savonner la planche: je suis convoquée en août par le directeur de la CPAM qui va me reprocher justement de faire durer les arrêts au maximum, et que ça  coûte cher!

Tout cela n'est pas joyeux et vive les vacances en Grèce!


Tracasseries administratives

Entre autres tracasseries de la Sécu, en voilà une nouvelle:

Depuis quelques semaines on doit antidater les bons de transport, plus attester qu'on a reçu le patient le jour même! 

Il paraît que la loi est passée en 2006, mais elle ne s'applique que maintenant. En attendant les ambulanciers sont sur le pied de guerre, ça devient très compliqué.

Je ne sais pas si cet organisme est viable à long terme car il a l'air d'être aux abois. 

mercredi 1 juillet 2015

La Sécu est aux petits soins avec moi

La Sécu m'aime, cela ne fait aucun doute, je suis convoquée par le directeur de la CPAM et un médecin de la Sécu au mois d'août  pour discuter de chacun de mes patients en arrêt: les patients, passez-vous le mot!

Et hier j'ai reçu un autre courrier émanant de la Sécu: " vous avez prescrit des patchs Versatis qui sont normalement réservés pour les douleurs suite zona  à certains patients dont voici la liste. Nous ne sommes pas sûr qu'ils souffrent de zona.
Veuillez justifier vos prescriptions, ou nous serons obliger de vous faire payer les patchs prescrits abusivement,  à l'avenir". 

Ces patchs sont très efficaces, ce sont les seuls du marché et cela prive les patients qui ne peuvent plus être soulagés localement, et va induire des prises d'antalgiques supplémentaires. Ou alors, il faut qu'ils paient. 

Voilà donc ce que les médecins reçoivent en ce moment comme courrier et étonnez vous donc que votre médecin soit parfois un peu à fleur de peau.