vendredi 27 mai 2016

Un expert, ça s'apprivoise

Une expertise pour un accident de voiture ce jour; je ne connaissais pas cet expert.
Quand nous sommes entrés, le mari, l'épouse et moi, il a tenté de refouler l'épouse: " ce n'est pas utile, le dr Vincent est là pour rappeler les choses". Finalement l'épouse est entrée.
Mais on voyait que l'expert malgré  sa façade courtoise, et ses paroles feutrées était fou furieux, non seulement d'être contredit mais aussi de se tartiner un médecin de victime, un empêcheur de danser en rond qui ne lui permettrait pas de mener son expertise à sa guise.

Au bout d'une heure de soupe à la grimace, alors que la victime était partie en salle d'attente afin que nous délibérions sur les postes de préjudices, je l'ai entrepris: " Il faut que je vous dise, vous ne me connaissez pas; je ne suis pas à pour défendre avec force la veuve et les victimes, je souhaite juste mettre un peu d'huile dans les rouages, que l'expertise se passe bien, que chacun soit content et qu'on ne soit pas à partir en contre-expertise.  je suis médecin de victime car j'en ai ras-le-bol d'être malmené par la Sécu concernant mes arrêts de travail, ça me fait faire autre chose".

J'ai tout sorti, d'un trait. Et il s'est déridé!  Ouf, la prochaine fois il sera beaucoup moins glacial. Il  a compris qu'un médecin de victime n'est pas un Don Quichotte qui se bat contre les moulins à vent, ou   un Godefroy de Monmirail qui pourfend la calandre d'un taxi. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire