lundi 7 novembre 2016

vaccination obligatoire

Je suis connue dans la région pour ne pas être une folle furieuse des vaccins; comme ce n'est pas mon combat, si on me les demande,  qu'on me les pose sur la table, je les fais, mais qu'on ne me demande pas de convaincre les patients puisque je ne suis pas convaincue moi-même.

Une de mes patiente n'est pas du tout vaccin, et elle m'avait demandé pour sa fille la version soft, c'est à dire uniquement les vaccins obligatoires, et absolument pas l'hépatite B. J'ai fait la version soft, la (DTP), la coqueluche et l'hémophilus en plus pourtant.

Elle a vu le médecin de la crêche où elle a mis sa fille: celle-ci l'a incendiée, l'a traitée de criminelle, que sa fille allait mourir et a écrit rageusement sur le carnet de santé que rien n'avait été fait. Et vicieusement elle a écrit Infanrix hexa (avec hépatite B) et engerix B sur la même page, l'air de rien (c'est aussi l'hépatite B)
Et elle en a profité au passage pour cracher sur moi, que j'étais inconsciente, que je ferais mieux d'exercer la médecine dans le tiers monde.

Et elle a rajouté qu'elle n'accepterait pas la gamine si elle n'était pas vaccinée contre tout!

La mère était bien évidemment dans tous ses états.

J'ai décidé pour entretenir les relations cordiales avec ce médecin de l'informer de mes décisions:

"Ma chère consoeur, je suis heureuse de vous annoncer que je quitte la médecine générale pour ne me consacrer qu'à la défense des victimes des erreurs médicales, médicaments défectueux, accidents de la route etc.
Je vous laisse le soin en conséquence de manager  en accord avec la famille,  la vaccination de la petite Artémise.
La famille ne souhaite pas l'hépatite B.
Bien confraternellement
Dr Vincent".

Ne suis-je pas sympathique et agréable?
N'empêche qu'on ne peut non seulement plus faire ce qu'on veut en France, mais ses idées on doit se les garder aussi!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire