vendredi 6 mars 2015

Régime de réparation intégrale

On peut dire que c'est un métier que d'être une victime et de se battre.

Quand on a un accident causé par un gros malotru, ou qu'un autre malotru nous flanque son coup de poing américain dans la figure, on ne pense pas forcément à contre-attaquer. On porte plainte oui, car la police est là... puis on attend, on pense parfois qu'un autre va nous aider à faire toutes les formalités, écrire aux assurances, prévenir le patron, envoyer les papiers à la Sécu... et on devient complètement asphyxié financièrement au bout de peu de temps car personne ne fait rien pour nous et qu'on n'a pas la force de faire ce qu'il faut... et on peut tomber bien bas, tranquillement, presque sans bruit.

Bien non, il faut aller au charbon, savoir prévenir les assurances, se faire aider par ses proches, ou au pire par l'assistante sociale, le médecin de victime ( qui est payé par les assurances) et autres.  Certains avocats de dommage corporel ne se font payer qu'à la commission et c'est intéressant quand on ne peut rien avancer. 
Les français bénéficient depuis quelques temps du  système de réparation intégrale, c'est à dire réparer la victime de façon à ce qu'elle soit financièrement dans le même état que si elle n'avait pas eu le préjudice. Juste avoir le courage de frapper aux bonnes portes. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire